A la découverte d’Antonella

 

Nous avons été conditionnés pendant tant d’années, que nous ne savons plus qui nous sommes. Nous avons perdu notre confiance et craignons l’inconnu. Nous avons perdu notre connexion avec les lois naturelles, avec notre vérité intérieure, notre vraie nature.

Ma mission est d’apporter une compréhension objective de l’énergie, et de renforcer les potentiels de chacun en aidant le retour du souvenir de l’être vrai.

Antonella est créatrice de l’école d’énergie Trans-e-formation et facilitatrice d’un processus énergétique qui mène à des états de conscience élargis, communément appelé “Activation de la Kundalini”. Elle se concentre sur les conditions dans lesquelles ce processus fonctionne et a appris au travers de dimensions convergentes comme la science cognitive, la psychologie, le langage et la musique. Elle est passionnée par la création de voyage de guérison et par le déroulement et mécanisme d’éveil de soi. Elle aide les gens à se souvenir de leur vrai être en créant des environnements dédiés au lâcher prise, en partageant ses connaissances et en donnant le pouvoir et l’indépendance à chacun en encourageant la pratique individuelle (écoute de playlist).

En 2021, elle commence à parler le langage de la lumière. Depuis ce jour, toutes ses sessions en sont accompagnées, baignant les espaces avec les fréquences des codes de lumière.

La même année, elle crée l’événement ‘Dreaming Awake’ à Tulum, un voyage chamanique et électronique où l’auto-guérison intuitive se déroule avec la performance musicale de Devanagari (Hang and Sitar). Elle a offert cet événement à Nomade Tulum et Holistika Tulum.

En 2022, elle décide de guider de nouveaux facilitateurs et de partager toutes ses connaissances accumulées au cours des 3 dernières années d’études et d’expériences en créant ‘Trans(e)formation’; une école d’énergie, inspirée de Pi Villaraza à Paris avec un module Langage de lumière. 

Antonella est diplômée d’un Master en psychologie et d’un MBA en management des entreprises. Elle a également suivi une formation d’enseignante de yoga (Hatha, Vinyasa, Yin Yang) qu’elle pratique quotidiennement depuis des années.

Elle organise également des retraites transformationnelles, des week-ends intensifs et des sessions à Paris, Ibiza et Tulum.

Avec amour,
Antonella

Vous voulez échanger ?
Antonella

[email protected]

C’est lors d’un voyage à Ibiza que j’ai eu la chance de croiser cette jolie yogi solaire.
C’était il y a 7 ans et depuis elle à découvert la pratique de l’activation Kundalini qui a changé sa vie. Entre Paris, Ibiza et Tulum, elle partage cette discipline pour aider ses élèves à découvrir leur raison d’être.

Antonella Curti a accepté de répondre à mes questions.

Où es-tu née ?

Je suis née à Besançon.

Quel est ton parcours ?

J’ai étudié à Strasbourg jusqu’à l’obtention de ma maîtrise de Psychologie. Puis je suis partie à Rennes pour faire un MBA au centre franco-japonais de management, pour lequel j’ai passé une année et demi à Tokyo.

Ensuite, j’ai commencé à voyager et à m’installer où la vie me portait. J’ai vécu au Danemark, quelques mois à Paris, quatre années à Berlin pour finalement m’installer définitivement à Ibiza, il y a 8 ans. Et depuis quelques années, je passe mes hivers à Tulum, au Mexique.

En 2015, j’ai quitté Berlin à la suite d’une rupture amoureuse. Je qualifierais ma vie de « dark » à l’époque. Je me suis installée, deux milles kilomètres plus au sud, à Ibiza. C’est sur cette île que je me suis reprise en main, grâce à une amie qui m’a fait découvrir le yoga, la méditation… Huit mois plus tard, je partais en Inde faire mon premier training de yoga et tout s’est enchainé très vite. J’ai monté mes retraites de yoga, les « Ibiza Funky Yoga Retreat », qui ont cartonné dès la première année.

Trois ans après, un workshop a attiré mon attention. Il avait lieu à Ibiza, avec Venant Wong, le fondateur de Kundalini Activation Process. J’avais été fascinée par la vidéo promotionnelle qui montrait des corps bougés sous ses mains. J’ai eu la curiosité de tester sa méthode, en même temps une grande appréhension. Pendant cette session, mon corps s’était aussi mis à bouger involontairement et faisait des gestes et des mudras, qui se répétaient et s’enchaînaient. J’avais l’impression que quelqu’un était rentré en moi. Cela m’avait rendu euphorique !

A la fin de la session, je m’étais jetée su lui en luis disant que je voulais faire comme lui.
En 2020, je faisais mon premier training dans l’énergie, à Tulum.

Venant Wong nous disait qu’il nous transmettaait un don d’activation et cela nous permettrait de transmettre une énergie aux autres.
J’y ai cru pendant un et demi, avant de me rendre compte que certaines personnes commençaient déjà à s’activer., avant même que je fasse quoi que ce soit.

J’ai commencé à me poser des questions et j’ai voulu comprendre ce qu’il se passait lors des sessions et pourquoi les gens s’activaient réellement.

J’ai entendu parler de l’enseignement d’un autre Master, Pi.

J’ai suivi sa formation pendant six mois, puis une seconde pendant quatre mois et, depuis novembre dernier, je suis dans un groupe de discussion.

Ce processus énergétique, qui mène à des expansions de conscience, a de vrais explications scientifiques et cognitives et surtout il n’y a aucune transmission d’énergie.

Après cette révélation, j’ai eu le besoin de transmettre ce que j’avais appris et développé, j’ai donc créé ma formation trans(e)formation inspirée de l’école d’énergie de Pi Villaraza.

As-tu toujours été attentive à ton bien-être physique et mental ?

Je n’ai pas toujours été attentive à mon bien-être même si, petite, je faisais de la danse moderne et du tennis. J’ai commencé à prendre vraiment conscience de mon bien-être physique et mental, il y a 8 ans, quand je me suis installée à Ibiza. Je me suis mise à prendre soin de moi et instantanément je me suis sentie mieux. C’est à cette période que j’ai rencontré mon compagnon avec qui d’ailleurs je me marie cet été.
Ibiza m’a ouvert les portes du succès dans ma vie professionnelle et sociale.

Comment tes parents ont-ils éveillé ton bien-être psychologique et physique ?

Mes parents m’ont toujours poussée à faire du sport et à être curieuse aux choses, comme la musique par exemple. J’ai été au solfège et j’ai pratiqué la flûte traversière pendant 8 ans. Je prenais également des cours de langues et de danse en plus de l’école.
J’ai eu beaucoup de chance d’avoir des parents très attentifs et très aimants.

Quels sont tes rituels bien-être ?

Je pratique des exercices musculaires régulièrement, et j’écoute des playlists spécifiques qui me permettent de m’activer seule. Je fais également du yoga.

D’où viennent ces rituels ?

Je pratique le yoga depuis 8 ans et le fitness est venu avec l’âge. Passé 40 ans, j’ai eu besoin de plus que la simple pratique du yoga.

Tu as découvert la pratique de l’activation Kundalini.
Qu’est-ce qui t’a plu tout de suite dans cette pratique ?

Ce qui m’a fasciné dans cette pratique, c’est que l’on n’a rien à faire, à part s’allonger, fermer les yeux et s’abandonner en écoutant de la musique.

Les expériences que l’on peut vivre sont indescriptibles. Il faut le vivre. Notre corps peut se mettre à bouger de manière involontaire.

On peut avoir des visions, des régressions, des libérations émotionnelles comme rire, pleurer et crier, des sensations énergétiques, même des orgasmes…. Mais surtout le bien être mental que cela procure, même après une première séance, est incroyable.

Comment cette pratique est-elle née ?

Cette pratique est née aux Philippines, il y a 15 ans, le créateur s’appelle PI Villaraza.
Son histoire est fascinante. Un matin, après avoir vécu pendant deux ans dans uns solitude presque totale sur une île isolée de Palawan, appelée Kalipay, suivi un régime à base de noix de coco, passé trois nuis sans sommeil, avoir traversé des purges physiques et de libérations émotionnelles, il faisait de l’exercice, méditait, se concentrait sur sa respiration et visualisait comment le reste de sa vie pourrait être offerte au service des autres, quand son corps s’est mis soudainement en mouvement et en danse de manière inventaire.
Puis en rentrant dans son village, il a commencé à utiliser ses mains comme outils de guérison en se rendant compte qu’il provoquait des états de transe chez les personnes. C’est ainsi qu’il a créé « Innerdance ».
Il continue aujourd’hui à faire évoluer sa pratique et à étudier l’effet de la musique et des sons avec des médecins et des neurologues. C’est un vrai passionné.

Pourquoi ça t’a aidé ?

Cette pratique m’a aidée à me sentir mieux. Elle m’a donnée plus de confiance en moi, beaucoup plus de clarté dans mes prises de décision et surtout j’avais encore plus envie d’aider les autres à se trouver, à se rappeler qui ils sont vraiment : trouver leur raison d’être.
J’ai réussi à m’aimer comme je suis, à m’accepter comme je suis (le mauvais comme le bon). Je me suis retrouvée.

Qu’est-ce que cela à changé plus concrètement dans ta vie ?

Ma capacité à manifester, à créer ma propre réalité.

Comment te sens-tu depuis cela ?

Je me sens super bien et je suis aussi ravie de voir les changements de vie de certains. Le bonheur sur leur visage, leur prise de courage, leur sortie de zone de confort me rendent heureuse.

Tu as imaginé ta propre pratique baptisée Kundalini Activation et langage de lumière, an quoi consiste-t-elle ?

Kundalini activation est un processus connu et à la mode. J’ai juste retiré le mot « process » car Kundalini activation process est une marque déposée. C’était plus facile pour moi de ne conserver que Kundalini activation même si le terme Kundalini a, dirais-je, été « détourné » car de nombreux mouvements involontaires, comme les spasmes ou la libération émotionnelle, sont aussi appelés « éveil de la Kundalini ».

C’est en fait un processus énergétique qui prépare le corps afin de le libérer des traumatismes, des blocages énergétiques et des émotions stockées. Grâce à cette pratique, les élèves effectuent un « reset » améliorant leur qualité de vie. Le système nerveux est conditionné par les histoires datant de l’enfance, les traumatismes, les joies…. Les activations permettent de revenir à l’enfance, de se déprogrammer des choses qui ne sont pas en adéquation avec nous-même. Elles nous aident à revenir à l’origine de notre conscience. Le mental et le corps ne font plus qu’un. Le processus fait le pont et guérit la séparation entre les deux.

Mes sessions sont accompagnées de langage de lumière. C’est un langage qui véhicule des codes pour la guérison vibratoire par le biais de modifications et d’activations de l’ADN.

Il est connu pour aider à aligner les corps subtils, élever les vibrations, élargir la conscience…

J’ai donc baptisé mon training « trans(e)formation » car dans transformation il y a transe (état modifié de conscience) et formation. Le nom pris dans sa globalité, nous donne vraiment le but de la session qui est une trans(e)formation de tout notre être.

Quels sont les bienfaits ?

  • Se sentir plus calme, paisible, heureux, libre, vivant.
  • Se sentir plus « ancré » et disposé à changer certaines mauvaises habitudes de notre quotidien (relations toxiques, cigarette, alcool, drogue…).
  • Se sentir plus détendu, en meilleure forme d’un point de vue physique, émotionnel et mental.
  • Ne pas perdre plus de temps avec des futilités. Grâce à la méthode, on sait ce que l’on veut et ce que l’on ne veut pas ou plus dans la vie. Tout s’aligne.
  • Développement de la créativité et de la productivité.
  • Élévation de conscience, des expériences sensorielles et plus de clarté ou d’intuition.
  • Se sentir d’avantage connecté à notre mission de vie.
  • Se sentir mieux dans nos relations avec les autres.

Est-ce important pour toi de la faire découvrir à d’autres ?

Oui évidemment la médecine de demain sera une médecine vibratoire. Je pense que le son sera la médecine du futur.

Est-elle adaptée à toutes et tous ?

La musique est utilisée pour soutenir l’activation de schémas d’ondes cérébrales spécifiques, qui stimulent un état de conscience lucide semblable à un rêve. Nous recréons, lors de sessions, les conditions où les participants rêvent tout en étant éveillé. Cependant, je préfère signaler, à mes élèves et aux facilitateurs que je forme, que les séances ne sont pas conseillées aux personnes psychotiques, même si mon master PI travaille avec des médecins et des neurologues sur des cas de démences, avec de très bons résultats.

Quelles sont les prochaines dates des événements que tu organises ?

La prochaine Trans(e)formation pour former de nouveaux facilitateurs aura lieu le 16, 17 et 18 juin 2023 à La Maison du Tigre à Paris avec 6 mois de suivi en ligne. Il me reste encore quelques places.
Des cours théoriques sont donnés pendant les 6 mois (marketing, construction de playlist en respectant l’activation des ondes cérébrale, perception du temps, sciences cognitives, langage de lumière…) des partages audios et bien sûr du travail personnel.
Trans(e)formation ce n’est pas seulement apprendre à faciliter, c’est aussi une transformation de tout votre être afin de pouvoir accompagner au mieux vos futurs participants.

Les lieux d’exception :